Une merveilleuse arrivée

Mon fils voici le récit de ta naissance, il regroupe mes souvenirs et ceux de ton papa car certaines parties de cette journée spéciale sont un peu flou dans ma tête.

Il est environ 4 h du matin quand je suis réveillée par des douleurs de règles, qui malgré mes changements de positions ne passent pas. Je décide de me lever vers 4h 30 et d’aller marcher dans la salle de bain mais sans trop y  croire ça fait 3 semaines que j’ai de petites contractions comme ça.

Vers 5h ta soeur qui nous a rejoint dans notre lit dans la nuit à un micro réveil et m’appelle, je retourne dans le lit et m’allonge près d’elle le temps qu’elle se rendorme mais la position allongée est très douloureuse. Papa qui m’entend souffler me demande si tout va bien. Je lui répond que j’ai de petites contractions et que je vais prendre un bain voire si ça passe.

Je me pose dans le bain mais les contractions ne passent pas et vers 5h30 je commence à avoir une forte envie d’aller au toilette. Je sors alors vite du bain et me pose sur les toilettes. Je sais alors que la le travail à commencer car pour ta soeur mon corps s’était aussi vidée. Par ailleur je commence à minuter les contractions qui s’espaçent de 2 à 5 minutes.
Je ne vais plus quitter mon « trône » jusqu’au départ pour la mater.

Je gère plutôt bien les contractions, je me remémore tous les conseils d’Ina  May mais aussi ceux de ma sage femme de la MDN et de celle de la préparation bonapace et c’est comme ci elles étaient toutes  avec moi à me soutenir .
A  chaque contraction je pousse et visualise mon col en train de s’ouvrir. Entre chaque  contraction je me replie dans mon lieu imaginaire de sécurité (un chalet avec un feu de cheminée pendant que dehors il neige).

Puis je me rend compte que respirer à chaques contractions ne m’aide pas énormément, et je me rappelle un conseil d’Ina may qui expliquait que pour que le périnée soit détendu il fallait que la gorge le soit alors je commence à faire des « Haaaa » à chaque contraction et ça me fait énormément de bien.

A 6h16 j’appelle la sage femme, celle qui m’a suivi pendant toute ma grossesse m’avait envoyé un texto la veille me précisant qu’elle serai indisponible la veille et jusq’au lendemain après midi. C’est donc l’autre Isabelle qui me dit que vu comment elle m’entend respirer et vu que c’est un 2e on va pas traîner.
Le temps de prendre une douche et de venir, rendez vous à la mater à 7h.

A 6h22 j’appelle Sylvie (la nounou de ta soeur et bientôt la tienne aussi) pour la prévenir qu’on va lui déposer Lucie plus tôt que prévu.
À 6h30 je réveille ton papa en lui disant de prendre un petit déjeuner que c’est pour maintenant.
A 6h48 j’envoie un texto à tes grands parents les prévenant qu’il devront récupérer Lucie ce soir mais aussi ta grand mere qui doit arriver par le train à 18h.
Ton papa a le temps de prendre son petit déjeuner avant que Lucie  ne se réveille. Il l’habille pendant que je continue mes vocalise et change de trône pour celui du bas. Puis il l’emmène chez tata.
A 7h05 nous partons pour la maternité, je suis toujours dans mes vocalises et complètement dans ma bulle. Mais je n’oublie pas de me faire les points de compression de main de la méthode Bonapace
Arrive à la maternité à 7h15 je demande le chemin de la maison de naissance car je n’y suis jamais aller par les urgences.
On m’indique un ascenseur qui nous y emmène. En arrivant Isabelle nous accueille, mais je suis tellement dans la bulle que c’est à peine si je lui dis Bonjour et me dirige vers la chambre que j’ai choisie, la chambre « automne » la plus petite, celle qui offre la même vue sur la tour Eiffel que de chez nous. Et je file m’installer sur le tabouret d’accouchement c’est décidément la position dans laquelle je suis le mieux.

Je demande à ton père d’installer la lampe oeuf qui donne une douce lumière orange et je lance la play liste d’accouchement que j’ai préparée (des musiques de meditations). Isabelle finit d’installer ce dont elle a besoin et me pose le monito, seule concession au protocole, il est sans fil je suis donc libre de mes mouvements mais il me serre désagréablement et je n’aurai de cesse de lui demander de l’enlever.
Elle me propose de  m’examiner et avec ton papa on découvre avec stupeur que je suis déjà à 8.

Je me remet sur le tabouret et elle me propose de me suspendre à l’écharpe accrochée au plafond ce qui me permet d’être mieux positionnée pour t’aider à descendre.
Puis elle me propose de percer la poche des eaux, j’hésite,  je gère plutôt bien les contractions et j’ai peur que percer la poche augmentent l’intensité des contractions et me fasse perdre pied, mais elle me rassure on me disant que ça va accélérer le processus mais pas forcément être plus violent.
J’accepte elle tente alors de le faire de la ou je suis mais elle a besoin d’avoir des points de repères et me demande donc de m’allonger sur le lit. Une fois percée je me sens mieux comme si j’avais un poid en moins et ton papa confirme que c’était bombé et que ça ne l’est plus.
Ton papa et elle ne m’auront posée que quelques questions mais celles ci furent très pénibles car elles m obligeaient à sortir de cet état primal dans lequel j’étais pour faire appel à la partie rationnelle de mon cerveaux et c’était quelques chose de très difficile.

Je ne sais pas comment me remettre après je sais juste que rester allonger n’est pas possible. Elle me propose alors de me mettre à genoux sur le lit avec le ballon devant moi. Puis je sens que ça pousse, elle demande à ton papa de se mette devant moi et de tirer mes bras. Ce qu’il fait et c’est d’une grande aide. Je commence alors à pousser en criant pour m’aider; ce n’est pas plus douloureux juste plus intense, en deux poussées je sens ta tête sortir puis la pousse d’après fait glisser ton corp.

Ça y est tu es sorti. C’est un sentiment exceptionnel de travail accompli. Je sort enfin de ma bulle et la première chose que croise mon regard c’est le visage de ton père. Je crois que je ne pourrai jamais l’oublier il était émue et en même temps fier et admiratif et tellement amoureux.
On te passe entre mes jambes et je peux enfin te regarder et je me sent aussitôt très fier d’avoir fait une telle merveille et je ressent aussitôt cette vague d’amour que j’ai mis tant de temps à avoir pour ta soeur. Isabelle demande l’heure à l’auxiliaire. Il est 8h42 ce 25 juin 2015 et tu es parmis nous mon merveilleux fils et je t’ai mis au monde toute seule de manière naturelle dans un merveilleux endroit entouré de l’amour de ton papa et du soutient d’Isabelle.
Elle t enveloppe dans une serviette chaude, nettoie un peu le lit et s éclipse. Tu rampe vers mon sein et pendant 2 heures on va profiter de toi avant qu isabelle ne revienne pour m’aider à expulser le placenta que je demande à ton papa de prendre en photo. Je veux voir ce qui t’a nourri pendant ces 9 mois.
On a envoyer un texto à la famille et mami demande ton poid et ta taille. On lui répond amusé qu’ici ce n’est pas ce qui prime et qu’on ne sait donc pas encore. Finalement Isabelle te fait les soins presque 3 heures plus tard tu pèse 3,020 kg pour 48,5 cm.
Je l’avais dis que tu serait plus gros que ta soeur malgré tes 2 semaines d’avances.
Ton papa va chercher des croissants pour tout le monde et le reste de la journée se passe dans une bulle de plénitude et d’euphorie.
Je sortirai le soir même aussi fraîche que la Duchesse de Cambridge. Ta soeur te fait un accueil chaleureux comme si tu avait toujours été là.

Publicités

Une réflexion au sujet de « Une merveilleuse arrivée »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s